Ciné

La commune de Cérilly est inscrite à l’opération Cinéma en milieu rural.
Dans ce cadre, l’U.D.A.A.R.03 (Union Départementale des Associations d’Animation en Milieu Rural de l’Allier), avec Cérilly Loisirs Animations, organise des séances de projection à la Salle des Fêtes.
Le rythme est en général d’une séance par mois (en dehors des mois de juillet et août), le samedi, à 20h30.
Les films sont récents et le titre programmé peut être consulté sur allocine. Nous souhaitons vous voir venir nombreux pour passer un moment agréable au cinéma !!
Tarifs : 5 € pour les adultes et 3,50 € pour les jeunes de moins de 12 ans.
Pour tout renseignement contacter la mairie de Cérilly 04 70 67 52 00.

Slide Slide Slide Slide Slide

Ecole de musique

L‘école de musique de Cérilly propose une formation complète, théorique et pratique.

Les disciplines enseignées sont : Chant – Solfège – Eveil musical – Guitare – Piano – Batterie – Accordéons chromatique et diatonique – Violon – Contrebasse – Violoncelle – Cithare indienne – Flûte à bec

L’école de musique de Cérilly est gérée par un syndicat intercommunal, le S.I.E.S.S du Collège François Péron.
Quel que soit votre niveau et votre âge, si vous voulez découvrir la musique, jouer d’un instrument ou chanter, l’école de musique vous accueille Place du Champ de foire, à côté de la bibliothèque municipale. Renseignements au 06 82 24 71 37.

Tarifs par trimestre

Cours Commune adhérente Commune non adhérente
Instrument 40€ 65€
Solfège 20€ 45€
Instrument + Solfège 45€ 75€
Eveil musical 20€ 45€
Location instrument 17€ 20€

Horaires d’ouverture
Les mardis, jeudis et vendredis de 16h30 à 18h30, ainsi que quelques jours pendant les vacances d’été.

Coordonnées
Place du Champ de Foire
Téléphone 04 70 67 51 27 / 04 70 67 52 00

Médiathèque

Fonctionnement

Destinée à la population de Cérilly et de ses environs, la médiathèque municipale est gérée par 4 dépositaires bénévoles et propose un fonds de plus de 2.500 ouvrages. Les Cérillois, les écoles, la maison de retraite, ainsi que les habitants des communes environnantes, peuvent ainsi emprunter gratuitement des livres, CD et DVD dans le respect de certaines conditions. L’inscription se fait auprès des dépositaires aux jours et heures d’ouverture.

Approvisionnement

Approvisionnés par le bibliobus de la Médiathèque, qui passe tous les quarante-cinq jours, les dépositaires peuvent également compter sur le soutien de nombreux donateurs de livres, CD et DVD.

Manifestations

Plusieurs manifestations ponctuelles, Pâques, Halloween, Noël, sont organisées chaque année et, selon les propositions de la Médiathèque, il est également mis en place des rencontres auteurs et des soirées contes ou poésies.

Prêtées par l’association « l’Allier à Livre Ouvert », plusieurs expositions sont proposées chaque année.

Retrouvez les hommes célèbres sur le site web de l’association « Mémoire de Cérilly et ses environs »

personnalités

Le Patrimoine

L’Eglise Saint Martin

Eglise, à la fois romane et gothique, dont la construction a commencé au début du XIIème siècle pour se poursuivre jusqu’au XVème siècle. Si la nef composée de cinq travées et flanquée de bas-côtés, le transept et le chœur sont édifiés tout au long du XIIe siècle, les quatre chapelles latérales ne font leur apparition qu’au XVème siècle.
Au XIXème siècle,  l’ajout d’une chapelle au nord et d’une tourelle d’escalier donne à l’édifice sa forme actuelle.
L’église est inscrite aux Monuments Historiques par arrêté le 8 mai 1933.

A l’intérieur de l’église, la cuve baptismale...

A l’intérieur de l’église, la cuve baptismale à godrons (motif d’ornementation en forme de moulure creuse ou saillante) date de 1669 et repose sur un piédestal représentant quatre enfants.
Les peintures murales sont du XIXème siècle.
Parmi les vitraux, certains sont l’œuvre d’Henri Guérin (http://www.henriguerin.com/) et d’Alain Gautier dont 2 sont inscrits à l’inventaire des monuments historiques.

L’église abrite également une admirable mise au tombeau en calcaire de 1691 dont les personnages sont de grandeur nature.
Ce sépulcre montre huit personnages : Joseph d’Arimathie et Nicodème soulevant le Christ dans son linceul, Saint-Jean soutenant la Vierge, trois saintes femmes et le donateur de l’œuvre, Pierre Lécuyer, archiprêtre de Hérisson et curé de Cérilly, représenté agenouillé.
Cette mise au tombeau est classée aux monuments historiques.
Pour lire ce qu’écrit Georges Bodard, historien et érudit Cérillois, dans le bulletin de la Société d’Emulation du Bourbonnais en 1911, à propos de ce sépulcre, cliquez ici.

Mais, l’intérêt majeur de l’Eglise Saint-Martin réside dans son curieux clocher à trois étages placé sur la croisée du transept.
Le 1er étage, édifié au XIIème siècle et de style roman, forme une base carrée qui supporte le 2ème étage octogonal et de style gothique datant de la fin du XIIIème siècle.
Pour couronner le tout, une flèche de charpente à huit pans est installée en 1646-1648 après l’effondrement de l’aiguille en pierre lors d’une tempête en 1645.
Visible d’assez loin, il est l’un des plus beaux de la région.
Le clocher est classé aux Monuments Historiques par arrêté du 30 décembre 1913.

Le château de la Bruyère l’Aubespin

Construit à la fin du XIIIème siècle en bordure de la forêt de Tronçais, au lieu-dit « La Breure » à quelques kilomètres du bourg de Cérilly, le château de laBruyère-l’Aubespin abrita le siège de la châtellenie de « La Bruyère-l’Aubespin et Cérilly » chargée de gérer et surveiller la forêt de Tronçais. Cette châtellenie fût l’une des 17 que comptât le duché du Bourbonnais jusqu’à la Révolution Française de 1789.

Ce château fortement endommagé

Ce château fortement endommagé pendant la guerre de 100 ans au XIVème siècle, fût définitivement détruit pendant les guerres de religion qui opposèrent catholiques et protestants pendant la seconde moitié du XVIème siècle, et plus particulièrement lors de la mise à sac de Cérilly par les protestants en 1568. Suite à la ruine du château, le siège de la châtellenie fût transféré à Cérilly à la fin du XVIème siècle.


Les quelques vestiges restants n’ont rien de spectaculaire et l’histoire du château de la Bruyère-l’Aubespin est fort méconnue même de la population locale.
Revivez l’histoire du château de la Bruyère-l’Aubespin dans l’article « Les notices historiques sur le château et la châtellenie de la Bruyère-l’Aubespin et sa fonction forestière » rédigé par Jean-Pierre MOLENAT et publié en 2011 dans le bulletin n°56 de la Société des Amis de la Forêt de Tronçais.
Télécharger le document historique au format pdf en cliquant ici.

Le Musée Charles-Louis Philippe

Maisons des illustres
La maison natale de Charles-Louis Philippe abrite depuis 1937 un musée consacré à la vie et à l’œuvre de l’écrivain (1874-1909), auteur notamment de « Bubu de Montparnasse », « Le Père Perdrix », « La Mère et l’Enfant », « Dans la Petite Ville », … C’est une petite maison à la façade étroite, élevée sur 2 étages et encastrée entre 2 autres bâtiments.
Ce musée, restauré en 1994 et labellisé « Maisons des illustres » en 2012 par le ministère de la Culture, respecte l’atmosphère de la maison où Charles-Louis Philippe a vécu jusqu’à l’âge de 22 ans.

Du vieil escalier jusqu’à sa chambre avec son ancien carrelage

Du vieil escalier jusqu’à sa chambre avec son ancien carrelage, son mobilier et la fenêtre donnant sur la petite cour, en passant par l’atelier de sabotier de son père et la chambre de sa sœur.
Sur plusieurs panneaux, l’enfance de l’écrivain à Cérilly est évoquée à partir de souvenirs de famille, cahiers d’école, diplômes et bulletins scolaires, photos de classe.
Au rez-de-chaussée, dans la première pièce qui servait de cuisine et chambre parentale, se trouve la bibliothèque ayant appartenu à l’auteur, pleine de livres d’époque et de divers documents. Plusieurs vitrines et panneaux retracent l’enfance de l’écrivain, évoquée à partir de souvenirs de famille, cahiers d’école, diplômes, bulletins scolaires et photos de classe. La seconde pièce constitue l’atelier de sabotier de son père.


A l’étage, se trouvent les 2 chambres des enfants Philippe, Charles-Louis et Louise, sa sœur jumelle. Dans la chambre de l’écrivain, tout est d’origine : le lit, le bureau, les prix scolaires gagnés par lui-même et sa sœur. Les objets personnels de l’écrivain côtoient les manuscrits, parmi lesquels « Bubu de Montparnasse », « Le Père Perdrix, « La Mère et l’Enfant », et divers souvenirs de famille, permettant de retracer sa vie et ses rencontres, notamment avec André Gide. Dans la chambre de Louise, plus vaste, des panneaux présentent les analyses et documents sur les œuvres de Charles-Louis Philippe et celles de ses amis, André Gide, Valéry Larbaud, Léon-Paul Fargue, Francis Jourdain, Léon Werth, Lucien Jean, Henri Vandeputte et Jean Giraudoux.
Le musée regorge de multiples photos, dont celles de la maison de Carnetin (près de Lagny en Seine-et-Marne) où Charles-Louis Philippe et ses amis parisiens se réunissaient les fins de semaine de 1904 à 1907. Il est possible d’admirer les illustrations du livre « Bubu de Montparnasse » dont celles réalisées par André Dunoyer de Segonzac. De nombreuses eaux-fortes de celui-ci sont également exposées dans le musée. Dans la petite cour, subsiste encore le puits qui, à l’époque, était utilisé par quatre familles constituant ainsi un lieu de rencontre et de convivialité.


Le musée, situé 5 rue Charles-Louis Philippe, est ouvert
– du 1er mai au 30 Juin de 15h à 18h, samedi, dimanche et jours fériés
– du 1er juillet au 31 août de 15h à 18h, vendredi, samedi, dimanche et jour fériés
– du 1er septembre au 30 septembre  de 15h à 18h, samedi, dimanche et jours fériés
Sur la pierre, au-dessus de la porte d’entrée, le visiteur peut lire « Maison Natale de CHARLES LOUIS PHILIPPE ECRIVAIN 1874-1909 ».